Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Cissé Djibril


1m82 / 30ans - Attaquant à la Lazio de Rome - 40 sélections en équipe de France


Joueur puissant et rapide, doté d’une frappe de mule à décorner les bœufs, Djibril serait un excellent footballeur s’il n’avait cette propension irritante à expédier si souvent le cuir dans les tribunes et une difficulté récurrente à saisir les subtilités du hors-jeu.

Quelques florilèges de sa carrière en cours : démarre à Auxerre sous la baguette du vieux Guy(de) / termine deux fois meilleur buteur du championnat de France 2002 (22 buts) et 2004 (26 buts) / peine à s’imposer comme titulaire au FC Liverpool / se double fracture le tibia-péroné (jambe gauche puis jambe droite) / alterne le bon et le moins bon à l’OM où il est pris en grippe par les supporters / file à l’anglaise à Sunderland / réalise le doublé coupe-championnat au Panathinaïkos (meilleur buteur : 23 buts) avant de fuir le colérique supporter hellénique / signe un contrat de 4 ans à la Lazio Rome...
Capable du meilleur comme du pire, Djibril connaît un parcours chaotique, en club comme en équipe de France. Il a souvent maille à partir avec les supporters qui lui reprochent la forme un peu carrée de ses pieds.


En fait, ce garçon est surtout connu pour l’exubérance de son look.

Depuis ses premières années bourguignonnes, il nous gratifie de frasques capillaires où l’originalité le dispute au mauvais goût : coupe iroquoise et dessins multicolores sur le crâne… Sous le fallacieux prétexte qu’il est passionné de mode, Cissé affiche un style pour le moins excentrique. Déguisé de la tête au pied d'accoutrements ultra-tendances et bling-bling, il se fait un honneur de porter tout ce qui ressemble à quelque chose d'importable ! Fan d’accessoires clinquants et autres breloques, bravant le ridicule, il se pavane telle une quincaillerie ambulante. Ne manque qu’un gyrophare ! A côté, le pourtant métro sexuel David Beckam à l’allure tristement classique et académique d’un lord anglais.


Dans son dos musclé, il arbore un aigle

Enfin, notre Djibril ne perd pas une occasion d’exhiber sa plastique (au demeurant parfaite) d’athlète et d’exposer ses tatouages. Telle une fresque vivante, il est colorié de la tête au pied. Dans son dos musclé, il arbore un aigle, chef-d’œuvre d’originalité et de bon goût, que le vieillissement de l’épiderme devrait encore bonifier.
Pour conclure sur cet intarissable Cissé, on peut dire qu’il souffre d’un léger narcissisme qui se traduit par un besoin irrépressible de se faire remarquer. Rien de grave !
Par contre, pour sa carrière, cette manie de ressembler à un sapin de Noël se révèle parfois problématique. Lorsqu’il fait preuve de maladresse (et ça lui arrive plus souvent qu’à son tour), l’extravagant Djibril ne peut pas se cacher et les supporters qui attendent d’un avant-centre des cadeaux, en forme de buts, ont tendance à lui demander d’aller se rhabiller.