Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Bruno Derrien


Interview exclusive Foutebol


Bruno Derrien

Que fais-tu aujourd'hui ?

Bruno Derrien
- "Je suis responsable des relations publiques à la direction de la communication du courrier à la Poste. J'arbitre encore des matchs caritatifs, je suis l'arbitre officiel des "Black Stars" où jouent Bernard Lama, Martin Djetou, Jean-Marc Chanelet... D'ailleurs nous revenons de la Réunion pour un match caritatif en la mémoire d'Oscar Muller, ancien grand joueur du FC Nantes. Nous avons également rencontré de jeunes détenus de St-Pierre pour un match et des enfants hospitalisés. C'était vraiment une belle aventure humaine. Je collabore également avec quelques chaînes de télévisions (M6, Eurosport), sur Europe 1 dans l’émission de Jean Charles Banoun le dimanche soir et sur RFI tous les lundis dans l’émission d’Annie Gasnier, sur le web (sports.fr) et également pour "Foot du monde", qui est une équipe de journalistes sportifs. C'est plus pour garder la forme puisque depuis la fin de ma carrière je goûte au plaisir de la chair après trente ans d'abstinence ! J'essaie de donner aux autres ce que l'on m'a donné."

Avant ?

Bruno Derrien
- "J'étais arbitre à l'âge de seize ans en ligue de Bretagne, et j'arbitrais des matchs de quartier. A 26 ans j'arbitrai les matchs professionnels, à 31 les matchs de première division et à 33, une sorte de "consécration", arbitre international. J'ai arrêté ma carrière à 43 ans après avoir officié sur 350 matchs professionnels. J'ai également écrit un livre à la suite de ma carrière qui s'appelle A bas l'arbitre "

Origines ?

Bruno Derrien
- "Je suis breton et fière de mes origines ! Ma famille vit à Brest et moi je suis Parisien depuis 25 ans."

Meilleur souvenir de foutebol ?

Bruno Derrien
- "J'ai eu la chance avec la Poste de voir tous les matches de l’Equipe de France pour la coupe du monde 1998. D'ailleurs je n'ai jamais autant espéré qu'un arbitre siffle la fin du match lors d'une finale. Mais le plus grand moment était la finale de l'Euro 2000 à Rotterdam, à côté de Maxime Bossis. Extraordinaire, une sensation magique, un stade fou, une incroyable ferveur. En tant qu'arbitre j'en ai deux, trois. Mon premier match à Marseille, avant dernier match du championnat pour le retour en division 1 de Marseille. OM - Sochaux en 1996, victoire 4-1 des Olympiens, j'avais la chair de poule. Mon premier match en première division à Bollaert : Lens - Nancy. Stade fantastique, ambiance formidable, j'adore aller à Lens. Ma finale de la coupe de France 2005 Auxerre - Sedan, c'était mon rêve de gamin, un honneur. Petite anecdote : Guy Roux à la fin du match est venu me remercier pour le match, et m'a annoncé sa fin de carrière. A ce moment là, j'étais le premier à le savoir."

Pire ?

Bruno Derrien
- "France - Allemagne 82. C'était dramatique. Et aussi cette finale de 85 à Bruxelles au stade du Heysel, une véritable tragédie ! En tant qu'arbitre, on a toujours une ou deux casseroles... Heureusement je n'ai pas toute la cuisine, que deux . Lens -Marseille en 1999. On élimine Marseille de la coupe de la Ligue sur un mauvais jugement avec mon assistant. Et puis Bordeaux - Lyon qui a ruiné ma carrière en septembre 2005. J’ai oublié un pénalty pour les Girondins, une main de Cris."

Jeune, tu étais sportif ?

Bruno Derrien
- "Je faisais du basket à l'AS Guelmeur, petit club brestois et j'étais jeune arbitre de ligue."

Continuez la discussion sur le réseau social >

Branché musique ?

Bruno Derrien
- "J'écoute beaucoup Barbara, Jacques Brel, Léo Ferré, Laurent Voulzy et j'écoute également du classique. Ça m'adoucit, surtout dans la voiture."

Ciné ?

Bruno Derrien
- "J'y allais très régulièrement après les matchs le dimanche soir. J'y vais moins. Le dernier en date est le superbe "Intouchables" avec François Cluzet et Omar Sy. En revanche, je lis énormément."

As-tu une équipe favorite ?

Bruno Derrien
- "En tant qu'arbitre je suis neutre, mais mon équipe de cœur est Brest, mes premières émotions quand ils étaient en Ligue 2 ! D'ailleurs je suis un peu inquiet pour le stade Brestois cette saison."

Comment vois-tu l'équipe de France au prochain Euro ?

Bruno Derrien
- "J'espère qu'ils vont passer les poules, un bon quart de finale. Après, tout peut arriver. C'est une équipe en reconstruction. Il faut déjà penser à 2014, l'Euro doit être un tremplin pour la coupe du monde au Brésil."

Un message aux habitants de la planète Foutebol ?

Bruno Derrien
- "Qu'ils continuent à aimer le beau football, où il y a du jeu. Jouer pour gagner, dans l'esprit et le respect des supporters, des adversaires et des arbitres et qu'ils soient de plus en plus nombreux à suivre Foutebol !"

Rendez-vous mercredi prochain pour une nouvelle interview du mercredi

Crédit photo : Presse Sport - Bruno Derrien
Crédit photo : Presse Sport - Bruno Derrien

Valentin Texier