Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Braquage à la canadienne


Cruel dénouement pour des Françaises qui voient la médaille de bronze leur échapper à la dernière minute après un but contre le cours du jeu de Matheson.


1ere mi-temps : l’enjeu prime sur le jeu

wikipedia - NatiSythen - CC
wikipedia - NatiSythen - CC
C’est dans une enceinte qui sonnait un peu vide que fut donné le coup d’envoi entre deux équipes bien décidées à ne pas repartir les mains vides de Coventry. L’enjeu (et/ou la fatigue des demi-finales) semblait peser dans les jambes des joueuses françaises et canadiennes qui offraient un spectacle brouillon au cours d’un premier acte sans relief.

Côté français, seule Elodie Thomis semblait en jambe et faisait preuve d’une belle activité aussi bien sur son aile droite que dans la surface de réparation. Thomis fut ainsi à l’origine de la seule occasion française à la 26e minute sur une frappe du pied droit captée par la gardienne McLeod. Juste auparavant un énorme cafouillage entre Wendy Renard et Sarah Bouaddhi avait donné des sueurs froides au camp français.
Les minutes continuaient de s’égrener jusqu’à la mi-temps sur un faux rythme évident et l’on s’ennuyait ferme dans les travées du stade.



Quand ca veut pas, ca veut pas

A peine revenue des vestiaires, Louisa Necib voyait sa frappe détournée de justesse par McLeod suite à une superbe accélération d’Elodie Thomis (46e). La France démontrait de belles intentions en ce début de seconde période et la pression sur le but canadien se faisait plus forte.

Face à des Canadiennes regroupées en défense, les Françaises allaient enchainer trois énormes occasions en trois minutes sans toutefois réussir à prendre l’avantage. A la 61e, Gaëtane Thiney voyait sa frappe repoussée par le poteau droit d’une McLeod…toute heureuse de voir, une minute plus tard une frappe de Thomis heurtée sa barre transversale (62e). A la 63e minute, Eugénie Le Sommer reprenait un centre de Gaëtane Thiney sur la ligne des 6 mètres, mais sa frappe passait juste au dessus des buts.

Les Français continuaient de camper dans le camp canadien et Corine Franco était toute proche d’ouvrir la marque sur une frappe sèche détournée juste devant sa ligne par Desiree Scott (69e). Franco, omniprésente devant le but canadien, manquait par deux fois de marquer aux 76e et 77e minutes sur une frappe puis une tête au dessus du but de la gardienne canadienne. Le « syndrome japonais » était en train de refaire surface côté français avec pas moins de 21 frappes, pour seulement 4 cadrées et aucun but marqué.

La domination française à 5 min du terme de la seconde période fut toujours aussi importante mais Matheson à 15 secondes de la fin du match venait crucifier la défense française sur une des rares occasions canadiennes. Cruelle fin de match ne récompensant en rien la domination française.

Une fois de plus l’équipe française termine au pied du podium, elle qui méritait largement de gagner ce match.

Foot d'Elles