Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Brandão (rectificatif) | Pas Nini


1980 (Brésil) / 1,89m / 79kg / Attaquant à l'Olympique de Marseille.


Bernadette Soubirous - Wikimedia Commons.
Bernadette Soubirous - Wikimedia Commons.
A l’instar de notre humble président de la république, je fais œuvre de contrition. En effet, chose inédite, je te propose un portrait rectificatif concernant Evaeverson Lemos da Silva plus connu sous le nom de Brandao que j’ai odieusement traîné dans la boue lors du portrait publié en février.

Pourquoi un tel revirement te questionnes-tu (avec cette bouche pendante et cet air ahuri qui ne te mettent guère en valeur) ?

Et bien, c’est simple.
Telle Bernadette Soubirous qui vit la vierge à Lourdes, j’ai découvert le vrai Brandao, devant mon téléviseur le mardi 13 mars, à l’occasion du match de Champion‘s Ligue. Ce soir là, alors que toute la France du football déprimait en imaginant le scénario catastrophe de l’élimination du dernier club français encore en lice dans la compétition, saint Brandao a marqué le but qui a qualifié l’OM au dépend de l’Inter de Milan dans les ultimes minutes du match. Alors qu’il venait de rentrer sur le terrain, il a crucifié Julio César d’un tir du gauche à raz de terre après un improbable et néanmoins remarquable contrôle du dos.

Alléluia 
Ce fut une révélation !
Une illumination !
J’ai compris, honteux, que je m’étais lamentablement trompé.
En effet, mon premier portrait(1) était une charge odieuse, terriblement dévalorisante pour ce pauvre joueur (s’il te plaît ne le lis pas, j’ai trop honte). Sans doute aveuglé par la jalousie, j’avais décrit ce pauvre Brandao avec une méchanceté et une ironie indignes.

Que dieu me pardonne.
Avec le recul, je confesse piteusement que mes propos étaient incohérents, scandaleux et outrageants. La morale, la déontologie, m’obligent à reconnaître que je me suis mis le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Je me suis couvert de ridicule devant la France du football. J’ai pêché. Mea culpa.

Je ne suis qu’une ridicule petite merde, une coquillette(2) qui a le fiel dans la bouche.



Cela tend à prouver que je n’y connais strictement rien à ce sport.

Saint Brandao - Foutebol Commons
Saint Brandao - Foutebol Commons
Je te présente, cher lecteur, mes plus plates excuses. Après une telle faute, j’espère, sans vouloir l’influencer, que la direction de Foutebol.com aura la décence de me virer sans ménagement.

Il est temps de réhabiliter ce joueur magnifique. Oui, je le dis haut et fort, Brandao, injustement méprisé, est un avant-centre de classe mondiale. Sa puissance est fascinante, sa combativité exemplaire, son style inimitable, sa technique différente. Je n’ai pas peur de le crier haut et fort, l’ancien pestiféré peut aisément détrôner le roi Messi. Il est sans nul doute le meilleur attaquant de la planète. Le brésilien marquera à tout jamais l’histoire du football.

(1) Après un passage peu remarqué en Ukraine, ce joueur atypique, natif de Sao Paulo, est venu trimbaler sa grande carcasse à Marseille où il irrita les fervents supporters du beau jeu. En mars 2011, il quittait la Provence comme un v(i)oleur suite à une plainte pour agression sexuelle qui lui vaut une mise en examen au tribunal de Marseille. N’ayant pas eu accès au dossier, et respectueux que je suis de la présomption d’innocence je ne porterai pas de jugement sur cette scabreuse affaire. Je me permets juste de considérer que, si notre bulldozer fait l’amour comme il joue au football, je conseille à la gent féminine de prendre le large. En janvier 2012, en déficit d’attaquant et de petites coupures et faisant soudainement fi des questions morales, l’OM le réintégra subitement dans son effectif. Show devant, Brandao is back !
Doté d’un sourire chevalin (qui doit horripiler plus d’un orthodontiste) et bien qu’ayant eu la judicieuse initiative d’abandonné son catogan, Brandao conserve sur une pelouse l’allure d’un grand canasson mal débourré. Doté de la vitesse d’exécution d’une charolaise (l’animal), ce besogneux avant-centre joue plus avec son corps qu’avec ses grands petons. Dire qu’il a les pieds carrés est un euphémisme. Je parlerai de pieds en losange ou en trapèze en tout cas ce ne sont pas les mêmes que Romario. Brandao n’a de brésilien que ses origines car sur un plan footballistique, il est plutôt cousin de ce bon vieux Rubech, kolossal avant-centre germanique des années 80, qui avait la grâce d’un char Panzer. Parce qu’il faut aussi faire preuve de bienveillance et évoquer ses qualités, je reconnais, qu’à bientôt 32 ans, ce garçon intègre progressivement les subtilités du hors jeu. Le mammouth brésilien est souvent coupable du plus grand nombre de fautes par match. Les protecteurs de Brandao argumentent qu’il est généreux dans l’effort et surtout qu’il défend et bloque ainsi la relance de l’adversaire. J’en conviens bien volontiers, mais si sa qualité première est de savoir défendre et compte tenu de ses qualités physiques, je pose naïvement la question ; ne serait-il pas plus judicieux de le faire jouer stoppeur ?

(2) La coquillette est cette variété de pâtes courtes préparées avec de la farine de blé dur et des œufs. Néanmoins, en l’espèce, cette injure est plus à considérer sous l’angle sexuel qu’alimentaire.

Brandao by Foutebol (montage) - Foutebol Commons
Brandao by Foutebol (montage) - Foutebol Commons