Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Braga or not Braga ?


Dans la première finale européenne cent pour cent portugaise de l'histoire, les Arsenalistas ne partiront pas favoris. Pourtant...


A priori, il n'y aura pas photo ce soir au Dublin Arena. Si l'on compare l'historique, les moyens et le potentiel des deux clubs, on peut penser que Braga n'aura que son courage à opposer aux Dragons. Mais on sait qu'il est énoooooooorme!! Braga n'a jamais gagné le moindre titre national et encore moins une Coupe d' Europe. En face, je te ferai grâce d'énumérer le palmarès des Portuenses, dont le fait le plus marquant restera la fabuleuse talonnade de Madjer un 27 mai 1987, qui allait mettre le Bayern à genou, et donner la coupe d'Europe des Clubs Champions (ex Ligue des Champions) à l'équipe d'Arthur Jorge. Cette saison, Porto a terminé son championnat invaincu (27v, 3n, 0d), et a battu Braga à l'aller comme au retour. Alors comment Braga peutil s'y prendre ?

Un parcours du combattant

18 matchs! C'est ce qu'ont disputé les Arsenalistas pour en arriver là! et quoi qu'il arrive ce soir, ils pourront se targuer d'avoir réalisé un parcours exceptionnel. Sauf que lorsque l'on arrive à dernière marche, on se met minables pour la monter. Quand on a éliminé Séville au troisième tour préliminaire de la Ligue des Champions, battu Arsenal et privé ce dernier de la première place du groupe, et également éliminé Liverpool, Dynamo de Kiev et Benfica, on n'est plus à un exploit près! Braga l'a prouvé et se retrouve dans la peau du parfait outsider...

Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse

Porto, on ne le répètera pas, possède tous les arguments pour remporter sa 4ème finale européenne. Il déploie un jeu technique de très grande qualité, résolument porté vers l'offensive. Mais c'est également une équipe façonnée dans la culture de l'effort, respectant tous ses adversaires et qui ne lâchera rien. S'il fallait ajouter un argument supplémentaire pour démonter le statut de facori des Portuans, il se nommerait Radamel Falcao. L'attaquant colombien vient d'inscrire 16 buts en 13 matchs dans cette compétition, détrônant l'ancien attaquant allemand Jürgen Klinsmann. Ce soir, Braga qui n'est distant de Porto que de 50 kilomètres, abordera peut-être la rencontre comme une finale de coupe du Portugal, et rêvera d'un dernier exploit. Mais quelle que soit l'issue de la rencontre, la communauté et les supporters lusitaniens écumeront les pubs, où la Guinness aura remplacé la Super Bok. Le Portugais aime le football et la fête, et sait se tenir.

Tonio Mameiro