Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Bordeaux freine les ambitions européennes bretonnes


Les Girondins de Bordeaux continuent leur série de victoires en s’imposant face à un Stade Rennais (2-0) qui n’a pu que constater, de manière impuissante, l’incroyable réalisme des marines et blancs en seconde période.


Bordeaux freine les ambitions européennes bretonnes
Une première mi-temps morose et fermée

Sous leur nouvelle tunique (ndlr : Maillot third pour la saison 2012-2013), les bordelais ont remis au goût du jour leur système en 3-5-2 avec le retour de suspension de Marc Planus. Les quinze premières minutes ont été une bataille arrachée du milieu. Mais sur un corner, Mickaël Ciani se blesse sur un duel aérien. Francis Gillot a dû faire face à cette blessure et changer le système de jeu par obligation : « Henri Saivet est entré à la place de Michaël Ciani car je n’avais plus de défenseur central. C’est par obligation que nous sommes passés à 4 derrière ».

Le match fût très fermé et la dernière passe manquait cruellement de précision. Bordeaux a sans cesse essayé de trouver le décalage sur le côté gauche mais avec de l’imprécision sur la dernière passe. Les Girondins de Bordeaux ont sans cesse eu le problème de garder le ballon a contrario d’un Stade Rennais qui était bien plus juste dans la multiplication des passes.

Un Bordeaux séduisant et réaliste

La seconde période était bien plus rythmée. L’équipe au scapulaire jouait plus simple, sur une action très bien construite. Gouffran percute sur le côté droit et remis dans l’axe où Saivet décala Obraniak qui ouvre sur la première frappe bordelaise cadrée. Les Rennais ont essayé de trouver la solution pour revenir au score. A noter que la prestation d’Henri Saivet, auteur d’un excellent match, a été remarquée par le coach bordelais : « En 2ème mi-temps, nous avons joué en losange avec Saivet derrière les deux attaquants. Il a été décisif sur les deux buts. Je suis content pour lui, il n’a pas lâché. Il est mieux depuis quelques temps. Il est récompensé de ses efforts ».

L’équipe hôte a su faire le break avant la 60e minute, grâce à une frappe limpide de Landry N’Guemo plein axe sur la deuxième frappe cadrée des bordelais. Les Rennais furent touchés dans leur orgueil et se sont remis au coup de patte de Giresse Kembo qui enveloppe le ballon qui trouve le montant de Carrasso. Rennes s’est sans cesse découvert ce qui a permis à des Girondins, plus séduisants, de faire la différence en seconde mi-temps.

Finalement les bordelais ont laissé jouer les rennais pour mieux les contrer. Ils en ont aisément profité en début de seconde période pour freiner les ambitions européennes (ndlr : l’Europa League) d’un Stade Rennais sans réaction ce soir.

Florian Sabathier