Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Bordeaux - PSG vu des tribunes


Foutebol vous fait vivre tous les lundis l'affiche du dimanche vue des tribunes par la voix des supporters. Aujourd'hui la rencontre entre les Girondins de Bordeaux et le PSG.


29 000 spectateurs entassés dans le stade Chaban Delmas, autant dire que l'ambiance était au rendez-vous. Parmi tous ces supporters, le Bordelais Richard, abonné depuis le début des années 90, au milieu des Oceanics Nord Bordeu. Un habitué, un fervent, qui a connu les campagnes européennes sous la houlette du duo Bez Jacquet, et les titres de champions de France (1985, 1987, 1999 et 2009). "Un choc entre Bordeaux et Paris arrive en deuxième position pour nous, après Marseille. Mais je dois dire que celui-ci a plutôt déplacé les foules en terme de spectateurs et de service d'ordre. " La raison, au delà de la notoriété des deux protagonistes relevait de la présence d'un gros contingent de Parisiens, également venus déployer certaines revendications.

Mille supporters parisiens

Bien que pour la plupart dissoutes depuis un an, les associations de supporters parisiennes n'en continuent pas pour autant de fonctionner. Sur 700 Franciliens officiellement déclarés, on peut avancer sans se tromper une barre des 1000 allègrement franchie. " Nous étions un nombre plus important que d'habitude. D'une part pour encourager notre équipe, d'une autre pour montrer notre mécontentement envers, entre autres, une nouvelle tarification d'abonnement qui nous lèse. Mais il existe d'autres sujets de discordes, nous confie Christian, adossé en Virage Nord, et qui a couvert les 600 kilomètres en voiture."

Un spectacle pas à la hauteur

Alexis Wozniak - Foutebol - CC
Alexis Wozniak - Foutebol - CC
Dominateurs depuis le début de la saison en championnat, les coéquipiers de Sakho n'ont pas rendu une très jolie copie hier soir. " C'est un de nos plus mauvais matches, confirme Christian. Ça ne remet rien en cause pour la suite, car l'équipe accusera forcément des coups de fatigue ou de méforme. Dans ce contexte, partager les points n'est pas un mauvais résultat." Côté bordelais, Richard regrettait justement de na pas avoir su profiter de la faiblesse d'un soir de ses adversaires. " On est déçu, car ce soir il y avait vraiment mieux à faire. Pensez que cette année nous avons recruté pour zéro euro ! Ça provient d'un manque d'ambition des dirigeants, qui viennent d'annoncer le déblocage de dix millions d'euros pour janvier. Mais c'est en juin qu'il fallait annoncer ça. On remarque quand même que certains de nos joueurs ont atteint leurs limites. C'est insuffisant pour espérer mieux."


"On s'en tire pas si mal que ça, confirme Christian." Vrai, si l'on se souvient des deux grosses occasions bordelaises en fin de rencontre. Richard nous rappelle. " On s'est tous levé sur le coup franc de Trémoulinas. Tout comme sur cette tête de Modeste que notre attaquant ne fait que frôler." "Sans un grand Sirigu et un peu de réussite, on pouvait laisser un point de plus, avoue Christian." Présent pour Foutebol, Clément nous livre son analyse. " Le premier quart d'heure était plutôt sympa. Bordeaux a dominé sans inquiéter le PSG qui a repris un peu de poil de la bête en seconde période. Mais Bordeaux a raté deux grosses occases. Côté joueur, la déception est venue de Pastore, pas de Bodmer et Sissoko, solides dans l'entrejeu Parisien. A Bordeaux, Plasil a dominé les débats. A un degré moindre, Gouffran a livré une belle prestation. Tout ça dans une ambiance qui n'est jamais devenue malsaine. "