Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Best Of Pas Nini


30 ans / 1,80m / International Camerounais / Jeune retraité - Best Of d'une année de Pas Nini avec Samuel Eto'o, qui comptabilise 1953 lectures.


Samuel Eto'o 2011 - Майоров Владимир - Wikimedia Commons
Samuel Eto'o 2011 - Майоров Владимир - Wikimedia Commons

Attaquant explosif doté d’une rapidité d’exécution exceptionnelle et d’un sens du but hors norme, Eto’o est une star mondiale du ballon rond.
Il est connu comme un des plus grands footballeurs de sa génération. Il a joué dans les plus éminents clubs du monde : FC Barcelone, Inter Milan. En Afrique et plus particulièrement au Cameroun, ce joueur est une gloire, une légende, une fierté, un dieu vivant. Son palmarès* est plus étoffé que celui de tous les joueurs français de Ligue 1 réunis (bon d’accord, ce n’est pas un exploit abyssal).

Oh mais attention ! Tout n’a été facile dans le parcours du Samuel.
Il y a eu des Eto’o et des Eto’bas (voilà un jeu de mots ingénieux et désopilant qui prouve que Pas NiNi sait conjuguer avec grâce investigation exigeante et humour). Il faut savoir, qu’adolescent, Samuel arriva, sans papiers, en France et qu’il essuya alors de cruels échec aux centres de formation du Havre, de Saint-Étienne ou de Cannes. C’est finalement, pour le prestigieux Real Madrid qu’il signa à 15 ans. Pourtant, il ne parviendra jamais à s’imposer chez les merengues (surnoms des joueurs du Réal en référence à la pâtisserie blanche, très légère et très fine à base d'un mélange de blancs d'œufs et de sucre, que l'on fait sécher au four très doucement. Sans moi, ami internaute, tu errerais dans un marécage d’ignorance !) et il leur en gardera une rancœur tenace.

Eto’o a goûté aux joies de la connerie humaine en subissant plusieurs fois des injures raciales.
On se souvient notamment de cette rencontre contre le Real Saragosse où les supporters locaux lançaient des cris de singe dès qu'il touchait le ballon (comportement d’une grande intelligence qui prouve, à n’en point douter, par la démonstration, la supériorité de l’homme blanc sur les bamboulas). Sans les efforts de son entraineur Frank Rijkaard, et de ses coéquipiers l’indomptable aurait quitté la pelouse. Et puis, l’année dernière, à l’âge de 30 ans, probablement harassé par l’implacable pression d’une carrière de sportif de haut niveau, le corps meurtris par les sollicitations répétées, les blessures et les coups, le héros africain prend subitement la décision de mettre un terme à sa carrière. A l’instar d’un Michel Platini, en son temps, il s’arrête en pleine force de l’âge. Chapeau l’artiste !


Best Of Pas Nini
Ah si ! Je profite de ce portrait pour condamner avec la plus grande fermeté, cette rumeur idiote et infondée selon laquelle le buteur camerounais n’aurait pas cessé son activité de footballeur mais serait parti jouer au FK Anji Makhatchkala, équipe caucasienne évoluant dans le championnat russe. C’est stupide !

Pourtant, des journaux bien informés se sont abaissés à relayer cette rocambolesque histoire. Pire, des (pseudos) journalistes ont osé rapporter que le grand Samuel Eto’o, himself, aurait signé un contrat de 3 ans pour un salaire estimé à environ 20 millions d'euros par saison (ce qui ferait de lui, mais rassurez-vous ce ne sont là qu’affabulations honteuses, le footballeur le mieux payé de la planète puisque ce pôvre Cristiano ne gagne que 13 millions d'euros). Les auteurs de ces allégations racontent que le président du club, Suleyman Kerimov, milliardaire russe aurait entrepris de faire de la modeste équipe d'Anzhi un grand club européen. Cet homme aurait dépensé la bagatelle de 90 millions d'euros (30 pour l'Inter Milan et 60 de salaire pour le buteur africain) auquel il faut rajouter 20 000 € par but et 10 000 € par passe décisive. Sans oublier une Ferrari comme petit cadeau de bienvenue (Ah ! L’hospitalité Slave !). Comment peut-on imaginer, un instant, qu’un joueur de la classe de Eto’o aille s’enterrer au fin fond du Daguestan pour disputer pareil championnat ? D’aucuns me répondront, fatalistes, « pour l’argent ». Cet argument ne tient pas. Eto’o ayant joué dans les plus grands clubs du monde, il a déjà amassé énormément d’argent. Qui pourrait croire qu’il se ridiculiserait ainsi pour quelques (tout est relatif) billets supplémentaires.

Dieu merci, tout ceci est pure calomnie. Il n’y a rien de crédible dans toutes ces foutaises et Foutebol.com, par mon humble intermédiaire, se fait fort de rétablir la vérité et, avec elle, la dignité et l’honneur de ce joueur modèle qu’est Eto’o.


* Vainqueur de la Coupe d'Espagne, de la Ligue des champions (2 fois), du Championnat d'Espagne (3 fois), de la Coupe du monde des clubs, du Championnat d'Italie, de la Coupe d’Italie (2 fois), des Jeux Olympique, de la Coupe d'Afrique des Nations (2 fois). Joueur africain de l'année (4 fois), Étoile d'or France Football, Lion d'or africain (3 fois), meilleur footballeur de l'année FIFA. Meilleur buteur de la Coupe d'Afrique des Nations, du Championnat d'Espagne, de l'histoire du Cameroun. Seul joueur à avoir fait deux triplés consécutifs (championnat / Coupe / Ligue des champions) avec deux clubs différents. N’en jetez plus les coupes sont pleines !