Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Benoît Cheyrou : «Je préfère jouer en blanc»


Lors de la 1re journée du Championnat 2011-2012, au Vélodrome face à Sochaux (2-2), l'Olympique de Marseille arborait un maillot trois petits points orange ! Scandale ! Guy Roux, consultant Canal+ sur cette rencontre, avait soupiré «Ça fait un siècle que Marseille joue en blanc...» Le milieu de terrain de l'OM Benoît Cheyrou n'a pas caché son embarras sur l'antenne de RTL, jeudi.


"Pour moi, l'OM, c'est le maillot blanc."

"Marseille, c'est un club qui a une histoire" a renchéri Benoît Cheyrou. "Mais, à force de changer de maillot, en Ligue des champions, peut-être que les gens de l'extérieur auront du mal à se fixer sur le maillot blanc de l'OM. Quand on regarde le Milan AC, le Real Madrid, c'est toujours le même. Cela fait partie du mythe. A Marseille, c'est sûr qu'à domicile je préfère jouer en blanc, et, en C1, je représente un club dont la couleur est le blanc. Après, il y a des enjeux économiques derrière tout ça. Parce que j'en parle, je vais me faire taper sur les doigts. Mais, pour moi, les couleurs d'un club, c'est important."

Les couleurs d'un club, c'est capital !

Capital comme l'argument financier qui - immédiatement - vient à la rescousse de cette hérésie : l'OM en orange, c'est pour vendre des maillots. Ok, Monsieur Adidas, je veux bien. Mais il convient de respecter certaines règles, certains principes de base, que voilou.

Away

Aussi loin qu'il m'en souvienne, les premiers à avoir déliré grave avec le maillot "away" - extérieur - c'est le Manchester United d'Eric Cantona qui arborait un maillot jaune et vert (comme Feyenord). Cette tendance s'est amplifiée depuis avec le grand Barça - en orange ou vert fluo. Ceci concerne les maillots "away". A l'extérieur, pas de problème, les clubs - voire les nations - peuvent bien arborer la tenue de leur choix, on s'en fout un peu. On peut même envisager, après tout pourquoi pas, de voir nos amis les Bleus en marinière bretonne (c'est pas demain la veille, quand même, j'espère).

L'épiphénomène français des Coupes d'Europe

La France est - à ma connaissance - le seul pays d'Europe a affubler ses plus grands clubs de maillots "spéciaux" dédiés à la Coupe d'Europe. Une énorme connerie qui nous a gratifié l'an dernier d'un OM en maillot noir avec un arc-en-ciel dessus ! Les girondins en rouge (sans scapulaire), les lyonnais en je-ne-sais-trop-quoi-gloubiboulga bleu/rouge, bref : une horreur.

Comme le souligne judicieusement Benoît Cheyou, imagine t-on le grand Real en vert ? Le grand Bayern en jaune à petits pois ? Que nenni ! Jamais ! Les grands clubs arborent avec une scrupuleuse rigueur leurs couleurs. Leurs couleurs, c'est leur identité.

L'avis de Laurent Colette

Laurent Colette, 48 ans, a l'un des postes les plus difficiles, mais l'un des plus convoités du sport mondial : directeur marketing du FC Barcelone. A lui seul, cet homme pèse plus de 200 M€. En avril dernier, il accordait une interview au Parisien/Aujourd'hui : « Ce qui marche, c'est le spectacle. On ne fait pas rêver en jouant le 0-0. Idem pour les maillots. Comment voulez-vous être reconnu à Chicago en jouant d'une couleur en championnat et une autre en Ligue des Champions ? ".

Pas mieux.