Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Arsenal a répondu présent


Honnêtement, on ne donnait pas cher de la peau des Gunners, à l'occasion de ce match retour de tour préliminaire de Champion's League en Italie contre l'Udinese. Simple vainqueur (1-0) à l'aller, les protégés d'Arsène Wenger pouvaient grandement hypothéquer la suite de leur saison. Ça n'a pas été le cas.


Comment allait réagir Arsenal sous le feu des projecteurs actuellement, dépouillé de son secteur créatif (Fabregas et Nasri), et plus que poussif pour ses débuts en Premier League ? Dire que la pression était sur l'équipe d'Arsène Wenger à l'occasion de ce déplacement à Udine, relevait du doux euphémisme. Mais comme on a coutume de le dire, c'est au pied du mur qu'on voit les grandes équipes. Sous une chaleur accablante, et devant 30 000 tifosis survoltés, les Londoniens n'ont pas tremblé, même s'ils sont passés par tous les états.

Le danger Di Natale

Comme on pouvait s'y attendre, Arsenal n'a pas essayé de gérer sa faible avance et a tenté de prendre le jeu à son compte, se créant les meilleures occasions en début de rencontre. Mais en face, évolue ce diable d'Antonio Di Natale. A 34 ans, le récent meilleur buteur de Série A, allait prouvé que sa réputation n'était pas usurpée. En inscrivant tout d'abord un but refusé sur hors-jeu, puis en voyant sa reprise taclée repoussée par le poteau avant d' inscrire un but d'une tête lobée magnifique, du haut de son...1,70 m !

Tournant du match

Avec une moyenne d'âge de 23 ans, les Gunners n'allaient pourtant pas sombrer. Mais Dieu que ce fut dur. Quand le capitaine Van Persie égalisait à la 55', débloquant du même coup son compteur, on se dit que les Canonniers avaient fait le plus dur. Le tournant du match allait survenir cinq minutes plus tard, quand l'arbitre désignait tardivement le point de pénalty pour une main dans la surface de Vermaelen. Di Natale qui n'en rate pratiquement jamais, voyait pourtant sa tentative repoussée par la main ferme de Szczęsny !

Walcott en seigneur

Il n'en fallait pas plus pour regonfler le moral des Londoniens. Qui lors de l'ensemble du match, auront quand même frappé 31 fois au but ! C'est Theo Walcott qui allait finalement déliver les siens. Parti du centre du terrain suite à un une-deux somptueux avec Sagna, il grillait la défense italienne et s'en allait tromper intelligemment le pourtant excellent Handanovič. Sur le coup, l'attaquant londonien prouvait si besoin était, qu'il était bien l'attaquant le plus rapide d'Europe. Arsenal revenait de loin mais assurait l'essentiel, à savoir une participation à la Champion's League. Et se retrouvera lors du tirage au sort... dans le premier chapeau !