Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Arabie saoudite : Le football féminin, médicament non autorisé contre l’obésité


En Arabie saoudite, les femmes n’ont presque aucun droit à l’autonomie et elles doivent presque se cacher pour pratiquer leur passion : le football. Pour pratiquer ce sport non pas en tant que spectatrices, mais en tant que joueuses, comme l’expliquait un récent article d’Ann Lopez dans Theworld.org.


Comment devenir coach de foot en trois leçons ?
Première leçon, achetez sur Amazon des DVD expliquant comment devenir coach en trois leçons. Deuxième leçon, visionnez sur YouTube des vidéos expliquant comment devenir coach en trois leçons. Troisième leçon, vous êtes coach.

C’est quasiment de cette manière qu’a procédé une jeune diplômée de l’université pour créer une ligue de football et obtenir l’aval de son université. Mais comme l’histoire se passe en Arabie saoudite, la jeune femme préfère conserver l’anonymat (appelons-la Mounia), le nom de l’établissement universitaire ne sera pas mentionné, les entraînements se passent en catimini. Et seul le bouche à oreille permet de savoir où aura lieu le prochain match.

Deux équipes formées en trois mois
En trois mois, Mounia a déjà recruté une trentaine de joueuses formant deux équipes. Deux femmes d’affaires appuient son projet, avec pour objectif de créer une académie sportive pour jeunes filles de sept à dix-sept ans (celles qui ont au moins dix-huit ans recevant une formation de coach). Leur pédagogie sportive se résume en une formule : « Amuse-toi d’abord, on passera aux choses sérieuses plus tard. »

Le football féminin est pourtant une chose sérieuse en Arabie saoudite. Il s’agit tout simplement d’un moyen salutaire de prévention du diabète et de l’obésité. Selon les statistiques officielles, un quart de la population saoudienne est obèse et le diabète de type 2 (surnommé diabète de l’obésité) touche 17 % de la population.

Et si, en plus d’affiner les silhouettes, le sport propulsait l’Arabie saoudite en tête des palmarès mondiaux ? Envisageable, à condition de sortir le football féminin de la clandestinité. C’est ce à quoi s’emploie coach Mounia.

Philippe Jallon

Foot d'Elles