Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Appel à la FFF


Un jeune joueur de football peut aujourd'hui contracter juridiquement avec un club professionnel de football dès le premier janvier de sa treizième année via un Accord de Non Sollicitation, vulgairement appelé dans le jargon un "ANS". Ce document estampillé LFP assure au jeune un contrat dit "Aspirant" de trois saisons en centre de formation à l'aube de ses 15 ans ... Vient ensuite pour les plus endurants le contrat stagiaire professionnel de deux saisons ... Puis "le couperet à grosses lames" tombe ... Une vie en professionnel ou une vie professionnelle ?


Appel à la FFF
A ce jour , au vu de la conjoncture qui n'épargne pas le riche football, l'ensemble des cellules recrutement des différents clubs professionnels se pose une question : Doit-on continuer à "faire signer" des mômes de 13 ans ? Ces derniers, "bloqués" pour deux saisons en centre de préformation fédéral, ou dans leurs clubs respectifs s'ils ne sont pas retenus en pôles espoirs, puis trois saisons en centre de formation, s'engagent dès le plus jeune âge pour cinq saisons. Peu de visibilité sur l' évolution morphologique et psychologique des garçons ... Un "confort" de travail peut être acquis trop tôt ... Un goût à l'effort pas forcément stimulé par ces engagements de longue durée ... Bref, beaucoup d'inconvénients chez l'ensemble des parties concernées mais cela n'empêche pas les centres de formations de se presser à engager les futurs "éventuels talents". Mais l'idée première de cet humble propos n'est pas là ... Pour comprendre la suite mieux vaut en avoir connaissance tout de même. A 15, 16 puis 17 ans le surdoué du ballon rond termine son cursus dit Aspirant avec une vraie échéance. Contrat stagiaire à suivre ou pas ? Bien évidemment , pas de prolongation pour une bonne partie, on connaît les statistiques incompressibles du football, mais certains chanceux passent ce col de quatrième catégorie. A 18, 19 voir 20 ans, suivant votre mois de naissance, vous arrivez en fin de cursus formation et là leGraal, à savoir "le monde des pros" s'offre à vous ... Ou pas ! Alors, Pro ou pas pro ?

Les questions que l'on peut se poser sont les suivantes :
Combien de jeunes footballeurs de 20 ans, aussi talentueux soient-ils, sont prêts à être titulaires en professionnel ?
En effet les conditions économiques des clubs aujourd'hui font que le "produit fini" doit immédiatement être "rentable". Il faut se dire la vérité, s'il ne l'est pas à cette date on écarte le joueur pour en prendre un autre issu d'un cursus moins typique (CFA/National par exemple) ou on recrute un jeune joueur étranger dans un nouveau cursus appelé post formation. A moins de s’appeler Hazard, Sakho ou encore Mvila ... Pas simple de devenir incontournable à 20 ans !

La proposition est la suivante : Décaler la date de premier engagement de nos jeunes footballeurs au premier janvier de leur quinzième année ! Pourquoi ? Pour décaler le processus ANS + Aspirant + Stagiaire d'un voir idéalement de deux ans. Quels avantages ? Permettre aux clubs de supporter moins de charges sur des joueurs contractés trop jeunes et donc soumis à un gros risque d'échec. Mais surtout permettre aux jeunes d'allonger leur temps de formation et de calquer la fin du contrat stagiaire professionnel sur un âge un peu plus opportun quant à la maturité du joueur de football.
C'est à cause, ou grâce, à ce processus trop accéléré que nos championnats de CFA2, de CFA ou encore de National sont de qualité et par conséquent que des joueurs souvent écartés à 20 ans par les rouleaux compresseurs que sont nos centres, ressortent par cette porte ...

Pour finir, à mon sens, le plus gros bénéfice de ce ré aménagement serait également d'éviter aux structures professionnelles de faire "trop d'erreurs de casting". Les adolescents "rejetés" de nos centres ( dont j'ai fais partie en juin 1996 donc je peux en parler tranquillement) seraient dès lors moins nombreux car recrutés à 15 ans et donc logiquement avec plus de certitudes !
Le seul inconvénient majeur de décaler ce mécanisme serait certainement pour les familles des excellents footballeurs qui pendant deux à trois ans verraient défiler chez eux une ribambelle de recruteurs tous plus habiles les uns que les autres. En effet ne pouvant contracter officiellement avec un club qu'au premier janvier de leur quinzième année les familles et les mômes seraient harcelés du soir au matin et verraient une horde de personnes devant chez eux pour leur souhaiter la bonne année à minuit le 31 au soir ! Sûr !

A bon entendeur ...

Jaune de coeur



Matthieu BIDEAU