Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Anelka Nicolas


31 ans / Suspendu français / Mercenaire à Shanghai Shenhua (Chine)


Une fois n’est pas coutume, commençons ce portrait par la fin. Par la fin du portrait, pas du joueur. Quoique…

Nico le rebelle vient d’officialiser son arrivée au club de Shanghai Shenhua (qui peut-être l’ignorais-tu, a fini 11ème du dernier championnat chinois). Le choix sportif peut paraître incongru car le football (sport professionnel depuis 1994) est à la Chine ce que les agios sont à Liliane Bettencourt. Dieu merci, en signant un contrat de deux ans, pour un salaire annuel d'environ 12 M€, Nico le rebelle va doubler son salaire. L'ex-international touchera une rémunération hebdomadaire de 234 000 €, contre 105 000 € à Chelsea (désormais, on présente le salaire des joueurs de façon hebdomadaire pour les rendre plus humains). Tout ça pour dire que si ça se trouve, sans vouloir voir le mal partout, son choix n’est pas motivé par le projet sportif !

Le football est à la Chine ce que les agios sont à Liliane Bettencourt.
Ce glorieux épilogue synthétise de façon caricaturale, pour ne pas dire grotesque, une carrière chaotique guidée par une seule et unique valeur ; le pognon. Car contrairement à ce que ses frasques* avec feu Coach Raymond lors de la mémorable Bérézina française en coupe du monde, et quelques coups de menton pourraient le laisser croire, le natif de Trappes n’est qu’un simulacre de rebelle. Il est même son édifiant contraire tant il incarne à merveille le système capitaliste et sa raison d’être ; le profit. Derrière sa capuche se dissimule un mercenaire toujours prompt à se vendre au plus offrant. Notre vendeur de hamburgers a monnayé son immense talent comme une marchandise privilégiant les transferts juteux aux considérations sportives.

Petit jeu pour l’amateur d’arithmétique qui frétille en toi. Si l’on additionne les coûts des transferts de chaque grand joueur de la planète football, c’est notre pseudo rebelle qui arrive en tête avec environ 130 M€ accumulés depuis près de quinze ans. Il faut savoir qu’à 32 ans, le vénal attaquant formé au Paris Saint-Germain va découvrir son 9e club (PSG, Arsenal, Real Madrid, Liverpool, Manchester City, Fenerbahçe, Bolton, Chelsea, Shanghai) et un 5ème pays (France, Angleterre, Espagne, Turquie, Chine). Loin devant Ronaldo qui (malgré son transfert pharaonique de 94 M€ au Réal Madrid) n’arrive qu’en cinquième position (quelle brèle !), Anelka possède donc le record. Il est le joueur qui a coûté et donc rapporté le plus d’oseille tout au long de sa carrière. Chaaaaaaaampion du monde ! Voilà un produit de luxe qui s’est vendu comme des petits pains. Souliers d’argent du bizness ! Tu me rétorqueras (toujours avide de me contredire) que ce fric ne le concerne pas. C’est faux, ami internaute, car c’est son propre frangin qui était son agent. Oh, oh ! Comment je t’ai mouché sur ce coup ! De plus, chaque nouveau transfert était l’occasion d’une substantielle augmentation de salaire. La coupe est pleine, de biftons. !

Alors d’aucuns me reprocheront de résumer la carrière du grand Anelka à de vaines questions d’argent. C’est regrettable, en effet de faire le portrait de l’un des joueurs les plus doué de sa génération sans évoquer ses innombrables qualités de footballeur. Je suis d’accord, c’est dommage. C’est très dommage !


*On se souvient qu’à la mi temps du match France –Mexique, l’impétueux Anelka aurait proféré des injures à l’encontre du malheureux Domenech (des propos contestés par l'intéressé qui affirme ne pas les avoir tenus tels que retranscrites par le journal l'Equipe). Suite à cet évènement, Nicolas Anelka est exclu de l'équipe de France pour le reste du Mondial et suspendu 18 matches par la commission de discipline de la FFF.

Nicolas Anelka - Graham Holliday - Flickr Commons
Nicolas Anelka - Graham Holliday - Flickr Commons