Foutebol
Foutebol
Le foot qui s'amuse à réfléchir


Andriy Shevchenko touche au but


A la fin de l’Euro organisé dans son pays, l’Ukraine, Andriy Shevchenko doit mettre un terme à sa carrière de foutebolleur professionnel. Retour sur 18 ans de buts et de ballons en or.


Andriy Shevchenko en pointe. Oleg Blokhine sur le siège de sélectionneur. Pourquoi Sergueï Rebrov a-t-il déjà pris sa retraite ? Sûrement parce qu’il a 38 ans. Mais l’Ukraine nous aurait quand même fait rêver avec ses 3 attaquants de génie réunis au sein de l’équipe nationale.

Peu importe. Pour cet Euro ukrainien nous nous contenterons du Ballon d’Or 2004. En cette année de la consécration cela faisait déjà 10 ans que la carrière de Sheva avait démarré. Au Dynamo Kiev il débute en équipe première en 1994, à l’âge de 18 ans, aux côtés de… Rebrov. En 5 saisons qu’ils disputent associés en pointe, Kiev remporte 5 fois le titre de champion. Une série qui s’étend même pendant 8 ans, de 1993 à 2001. En gros le Dynamo était tout seul dans son championnat et quand on voit son duo d’attaque on ne se demande pas pourquoi.

Fessé, le Barça
Plus surprenant, les jaune et bleu alignent aussi les résultats en Europe. En 1998 ils atteignent les ¼ de finale de la Ligue des Champions après avoir fessé le Barça en poules. Ils s’imposent 4-0 au Camp Nou et Sheva plante un triplé. A l’aller, ils leur en avaient seulement collé 3. Les Blaugrana finissent derniers d’une poule qui comptait aussi Newcastle et le PSV. Autrement dit, Sonny Anderson, Rivaldo et Alan Shearer face à Rebrov et Shevchenko. Kiev sorti premier se paye la Juve en ¼. Et c’est un autre grand buteur, Alessandro Del Piero qui permet à la Vieille Dame d’en passer 4 aux Ukrainiens et de s’imposer 5/2 sur l’ensemble des deux matchs. Pas refroidis pour autant, ils remettent ça l’année d’après. Ils se qualifient de nouveau pour les ¼ devant Lens et Arsenal – tous les deux éliminés malgré la victoire des Lensois à Highbury – où ils vont s’offrir l’autre grand d’Espagne, le Real Madrid. Après avoir fait 1-1 à Bernabeu, Kiev s’impose 2-0 au retour à domicile. En demies les coéquipiers de Sheva, qui finit co-meilleur buteur avec le Mancunien Dwight Yorke, s’inclinent d’un but face au Bayern. Auteurs d’un match nul 3-3 à la maison, ils perdent 1-0 au retour à Munich.


Frustré, le Milan
A la fin de la saison il signe au Milan AC pour 7 années qu’aucun fan de foot n’a pu oublier. Oliver Bierhoff, Super Pippo Inzaghi, Hernan Crespo et Alberto Gilardino formeront la paire avec le buteur ukrainien. Ils évolueront tous dans son ombre. Derrière, Rui Costa, Pirlo, Seedorf et Kaka n’auront pour seule mission que de l’abreuver en bons ballons. Résultat une Coupe d’Italie, un Scudetto, une Ligue des Champions. Seulement. En 7 ans, le bilan est maigre. Malgré les 127 buts en série A et les 37 pions en Coupe d’Europe de Shevchenko, le Milan AC ne s’offre que trois titres. La faute notamment à Liverpool et Steven Gerrard en 2005. Deux ans avant, c’est déjà aux tirs aux buts que la finale de la LDC s’était jouée. Et en 2003 c’est Sheva qui avait offert la victoire à son club en inscrivant le dernier tir au but de la finale face à la Juventus. En 2005, Jerzy Dudek – après avoir dansé sur la ligne de but – arrête sa tentative. Summum de la poisse pour Sheva c’est quand Roman Abramovitch décide d’en faire son nouveau jouet que le Milan remporte une seconde Ligue des Champions. A l’été 2006, Shevchenko signe à Chelsea pour 42 millions d’euros. Pour sensiblement le même bilan que Fernando Torres.

Comme Fernando, avant Torres
Comme l’Espagnol quelques années plus tard, Sheva donne l’impression d’avoir laissé son talent à son ancien club. Irrésistible à Milan, comme Torres à Liverpool, il est transparent à Chelsea. Et si sa première saison lui rapporte une FA Cup et une League Cup, celle-ci ramène une nouvelle Ligue des Champions au Milan AC et un Ballon d’Or à Kaka. Shevchenko ne s’en relèvera pas. Deux ans plus tard, il revient en prêt au Milan AC, avant de retourner à son club formateur en 2009. Pas égoïste pour deux sous, le joueur accepte de ne pas tout le temps être titulaire et plante quelques buts quand il le faut. Et il est désormais associé à son successeur en équipe nationale, Artem Milevskyy. Un successeur qui s’est retrouvé sur le banc pour le premier match de l’Ukraine à l’Euro face à la Suède. Et Blokhine a eu du nez puisque Sheva a planté un doublé pour que son pays l’emporte 2-1 face à Zlatan Ibrahimovic. Contre les Bleus il n’a pas marqué mais signé une nouvelle bonne prestation. Yuri Semin, son entraîneur au Dynamo Kiev a déclaré qu’il voulait que Shevchenko continue une saison de plus.

Nous aussi.


Andriy Shevchenko - Степиньш Ольга - Wikimedia Commons
Andriy Shevchenko - Степиньш Ольга - Wikimedia Commons