Foutebol
Foutebol


Pendu aux basques de Fernando Llorente

L’Espagne pouvait arriver à la table finale européenne munie d’un «carré», elle n’aura finalement qu’une «simple paire». Les défaites conjuguées du Real Madrid et de Barcelone, en Champions League, laisseront pour une fois les honneurs à l’Atletico de Madrid et à l’Athletic Bilbao, qui s’affronteront, le mercredi 9 mai à Bucarest, lors de la finale de l’Europa League. Emmené par son buteur Fernando Llorente, Bilbao veut rêver au sacre.



Jeudi 26 avril, 22h55, San Mames. Fernando Llorente fournit l’ultime effort pour conserver le ballon, puis tombe sur le terrain, très ému il vient de se qualifier pour sa première finale européenne avec son club de l’Athletic Bilbao. Il portera les espoirs de tout le peuple basque mercredi soir prochain.

Une éclosion tardive entre blessures, critiques et crises
Fernando Llorente n’a pas, comme aujourd’hui, toujours fait l’unanimité à Bilbao. Pisté très jeune par le FC Barcelone et l’Espanyol de Barcelone, il fait avec ses parents le choix d’intégrer les équipes jeunes de l’Athletic Bilbao à 11 ans. Il gravit les différents échelons puis rejoint en 2003 le CD Baskonia une filiale du club où il inscrit 12 buts en 33 matchs de quatrième division espagnole. L’Athletic Bilbao le rapatrie pour jouer avec la réserve (Bilbao Athletic) lors de la saison

2004/2005. Il dispute 16 matchs, marque 4 fois puis est promu en équipe première
Ses débuts ont lieu le 16 janvier 2005 contre l’Espanyol de Barcelone, San Mamès salue sa première prestation. Il inscrit trois jours plus tard un triplé en coupe d’Espagne contre l’UD Lanzarote et son premier but en Liga en mars contre Levante. Sa saison se conclut avec 6 buts en 20 parties disputées. Il s’offre aussi une participation au mondial des -20 ans où, éliminé en ¼ de finale, il termine avec 5 buts, derrière un certain Lionel Messi.

Les débuts sont prometteurs et fraîchement auréolé du numéro 9, il commence la saison 2005/2006 avec de nombreux espoirs placés en lui
Espoirs très vite justifiés par un but dans le derby basque contre la Real Sociedad. Pourtant, très vite la situation change, le grand blond ne marque pas et se blesse. Le club basque traverse une crise sans précédent. Les entraîneurs se succèdent et sèvrent le temps de jeu du jeune espoir basque qui pense même à quitter le club, se jugeant victime du traitement infligé par Javier Clemente. Il termine la saison avec 4 buts et 25 matchs joués toutes compétitions confondues. L’Athletic se maintiendra à l’avant dernière journée.

La saison suivante ne sera qu’une répétition de la précédente, le club se maintenant lors de la dernière journée. Fernando joue peu et les 2 buts en 24 matchs ne feront que renforcer les dures critiques à son égard.


Le retour en grâce et un style qui s'affirme

2007/2008 va marquer l’éclosion de l’avant centre.
En effet, Joaquin Caparros, le nouvel entraîneur fait de Llorente son titulaire. Cette confiance est rendue par le joueur qui totalise à la fin de la saison 35 matchs de championnat et 11 buts inscrits.

Fernando Llorente s’impose comme la référence à son poste dans le club basque, et devient le titulaire indiscutable.

Son physique imposant, son jeu dos au but, ses qualités dans le jeu aérien mais aussi ses facilités techniques en font un avant-centre complet et un excellent pivot. Il mène l’Athletic Bilbao à une finale de Coupe d’Espagne perdue, et se voit offrir entre temps une première sélection avec la « Roja ». Son premier but sera marqué d’une tête sur un coup franc de Xavi lors de sa seconde apparition sous le maillot espagnol.


Un titulaire en puissance pour l’Euro 2012 ?

Fort de son statut d’indispensable, la saison 2011/2012 semble bel et bien partie pour être la meilleure de Llorente jusqu’à présent. Il inscrit d’abord son premier triplé en championnat en janvier, championnat dans lequel il compte déjà 17 réalisations.
Sur le plan européen, son apport est un des facteurs clé du niveau de performance affiché par l’Athletic Bilbao. Par 7 fois il a trompé la vigilance des gardiens adverses, et 5 fois l’ont été en phase finale.
Il marque ainsi deux buts contre Manchester en 1/8ème de finale, dont une volée sublime qu’il reprend en première intention sur une ouverture de plus de 50 mètres. Les deux suivants arrivent contre Schalke en ¼ de finale aller, profitant de la maladresse du gardien allemand sur son premier but, et de son excellent jeu de tête sur le second.
Muet lors de la demi-finale aller perdue contre le Sporting Portugal, son match retour est grandiose, comme si Llorente avait réservé le meilleur pour son public. Il offre le premier but de son équipe à Susaeta d’une passe de la poitrine et réalise ensuite un enchaînement râteau et passe pour guider Ibai Gomez au second. Le match se dirige vers des prolongations, mais la 88ème minute est le moment que « le roi Lion » choisit pour se muer en héros et reprendre avec opportunisme de l’extérieur du pied droit un centre du même Ibai, buteur plus tôt. 
Ses performances lui valent même d’être cité comme un candidat plus que sérieux pour le poste de titulaire à la pointe de l’attaque espagnole durant l’Euro 2012, suite à la grave blessure de David Villa et aux difficultés de Fernando Torres.
Mais à une marche du titre européen, le héros veut d’abord devenir légende aux yeux de l’aficion. Que le lion rugisse !


Posté par Timothée Delprat le Samedi 5 Mai 2012
Nombre de vues : 792