Foutebol
Foutebol


Nancy, c'est fini

Dès l'été dernier Nancy a montré des signes de lassitude.



Je n'ai pas vu le doute en elle s'immiscer. Il s'agissait pourtant là des prémices d'une inéluctable fin de cycle. Je ne demandais pas le prestige d'une Chelsea (3e à l'indice UEFA) ou d'une Paris (19e UEFA), façon Paris Hilton, grande blonde starlette déjantée. Il faut être conscient de sa carrure quand même. Mais je me serais sans doute très bien accommodé du charme méditerranéen d'une Florence, à qui j’eus pu susurrer des mia Fiorentina (53e UEFA). Voire, j'aurais apprécié de plonger ma main dans la bourriche foisonnante d'une London. Mais non. Rien de tout ça pour moi. Il était écrit que mon destin serait lié à celui d'une Nancy (100e UEFA). Moins de paillettes, moins de glamour, mais des trucs sympas à vivre quand même.


Les derniers moments, si douloureux et si récents furent-ils, ne doivent pas occulter les huit belles années conjugales de Ligue 1 vécues avec Nancy

Extase au Stade de France
Et puis personne ne nous enlèvera cette nuit d'extase du printemps 2006 à Saint-Denis, cette victoire en finale de la Coupe de la Ligue face à Nice. Date qui correspond aussi à celle de la naissance de notre premier garçon, prénommé Kim en l'honneur du buteur victorieux du match au Stade de France. Marrant, c'est face à ces mêmes Niçois que Nancy - quasi bébé, elle avait 11 ans – s'était imposée en finale de la Coupe de France 1978, sur un maître coup-franc de Platini. Je comprends mieux pourquoi son frère s'appelle Michel.

Quatrième du championnat
Les choses sont allées si vite, je n'arrive pas à y croire... Quand on pense qu'en 2008, Nancy a terminé le championnat à la 4e place du classement, à 2 points de la Ligue des Champions. Il y a cinq ans. C'est rien cinq ans. C'est l'âge de notre deuxième garçon, Pablo. La vie était belle. On organisait de sacrés fiestas dans notre Marcel-Picot's bicoque reliftée. Les Platini, les Rouyer, les Curbelo, les Jeannol, les Moutier, étaient tout le temps fourrés chez nous. Michel (Platini) et Jean-Michel (Moutier) n'étaient d'ailleurs pas les derniers à reprendre du cake aux olives. Le bon vieux temps..
.

Le chic Corréa

Mais bon, depuis le départ du chic Corréa, notre cher tonton Pablo, le cœur n'y est plus. Quand j'ai rencontré Nancy, le « sorcier » était déjà dans les parages. Depuis 2002, c'est lui qui l'avait « stabilisée », selon ses propres termes. C'est grâce à lui qu'elle avait enfin cru en ses possibilités. Leur relation était tellement fusionnelle que j'en étais jaloux parfois.


Descente aux enfers

L'été et l'automne derniers furent catastrophiques. Après la victoire inaugurale face à Brest, il aura fallu attendre la 22e journée pour connaître une second succès. Toute la saison, Nancy a traîné sa dépression. Cinq victoires à domicile... Combien de fois l'ai-je vu errer dans notre bicoque, à trois heures de l'après-midi, en robe de chambre-chaussons, un verre de whisky à la main, les cheveux crades, la boite de Lexomil éventrée sur la table du salon parmi les miettes et les canettes vides... J'ai longtemps essayé de la couvrir. C'est moi qui répondait au téléphone. Quand Jacques Rousselot, le boss, tapait du poing sur la table, j'essayais tant bien que mal de faire tampon. On a tout essayé. Quand Jean Fernandez, le nouveau gourou, a laissé la place à Patrick Gabriel on y a cru un peu. Elle a fait un effort, ne buvait plus le matin... Et puis... voilà. Nous reconnûmes ce bonheur simple au bruit qu'il fit en claquant le portillon.


Départ en Ligue 2

Le 2 août dernier, Nancy a reçu sa vieille copine auxerroise pour la première journée du championnat de Ligue 2. Et je suis sûr qu'elle se régale à l'avance de la visite qu'elle rendra à sa rivale et voisine Messine, le 24 septembre. Moi, je regarde ça à distance maintenant.

Direction les Alpes

J'ai déserté le domicile conjugal, quitté la bicoque Marcel-Picot pour un chalet Delle Alpi. Marchant sur les traces d'un certain Platoche, je me suis laissé embarquer par une cougar italienne, une Vieille Dame surnommée La Juve (20e UEFA). Ah les sirènes de la Ligue des Champions. Et puis ça va être enrichissant pour Kim et Pablo de découvrir le Scudetto.

Posté par le Mercredi 4 Septembre 2013
Nombre de vues : 1201