Foutebol
Foutebol


Le quart d’heure de célébrité

En prophétisant qu’ « A l’avenir chacun aurait son quart d’heure de célébrité », Andy Warhol n’était sans doute pas passé très loin de la vérité… en partie grâce au foot.



Le vendredi 6 janvier, le journal L'Équipe a publié un reportage sur Papa Jojo, l’homme qui a posé pendant des années – fin 50's, début 60's – sur la photo, avec les vainqueurs de la Coupe de France. Il s’en est constitué une impressionnante collection, comme autant de trophées glanés au nez et à la barbe des joueurs, des journalistes et des institutions. Au coup de sifflet final Papa Jojo se coulait discrètement dans les pas des vainqueurs, touchait la Coupe, s'offrait un tour d’honneur et posait devant les photographes, sans que personne ne sache qui il était. On imagine le journaliste s'arrachant les cheveux pour rédiger la légende : « Mais p... qui c'est ce mec ?! ». Et pour Jojo ce n'était manifestement pas un acte de supporter, il aurait pu en faire tout autant avec l'autre équipe.

Bien sût, l'intrus magnifique aurait du mal à reproduire ses exploits aujourd’hui.
Le foot, sport policé s'il en est, jouissant d'un regard planétaire, générant des milliards d’euros de droits à l'image, ne peut plus trop se permettre ce genre d'approximations. Mais grâce au dévouement absurde de quelques joyeux illuminés, on accède encore parfois à cette poésie idiote, comme un doux bras d’honneur.

Le moment est ici venu de saluer nos amis les streakers.

Ces êtres étranges, qui décident, d'abord de se désaper (souvent complètement) au milieu de la foule, puis d'enjamber balustrades et grillages au risque de s'écorcher l'épiderme dans ses parties les plus intimes, de franchir des fossés les muqueuses au vent, de braver toutes sortes de trucs, dont la honte, et de se ruer sur la pelouse dans un torrent d’adrénaline.




Voilà en tout cas LE sujet qui me permet de vous proposer le visionnage d'une vidéo montrant une femme totalement dénudée. Chose rare pour un média aussi classieux que Foutebol, qui se refuse de flatter les bas instincts de ses lecteurs. Mais tu sauras faire bon usage de cette opportunité et admireras d'abord et surtout, l'extraordinaire qualité du geste technique réalisé par cette majestueuse sirène streaker.



Quoi qu'il en soit, la dernière pierre de l'édifice, que Foutebol.com érige chaque jour pour une vision alternative du sacro-saint ballon rond, sera posée le jour où l'un de vous surgira sur la pelouse de la finale de Ligue des Champions, uniquement vêtu(e) du superbe tee-shirt disponible ici même.

A bon entendeur...


le Mardi 14 Février 2012
Nombre de vues : 977

Nouveau commentaire :