Foutebol
Foutebol


Le football en Bretagne ou le mystère Breton

Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les livres : la Bretagne est composée de 4 départements (Côtes d’Armor, Finistère, Ille et Vilaine et Morbihan) pour une population de 3 120 000 habitants recensés au 1er janvier 2007… Et jamais un titre de champion de France !!!
Mais qu’est ce que vous foutez les Bretons ?!


Alors bien sûr, j’entends déjà les cornemuses nantaises me siffler dans les oreilles et me rappeler que Nantes est en Bretagne mais là je dis : Les gars, il faudrait savoir.
Quand on parle de football, Nantes est en Bretagne mais quand on discute tout là haut avec nos amis bretons, Nantes n’est pas en Bretagne.
Ce que je retiens, et c’est l’objet de ma rubrique, c’est que lorsque l’on a une population aussi importante (3 millions c’est pas rien), aussi unie et aussi passionnée de football, il n’est pas normal que jamais un seul titre n’ait pu être fêté.
Prenez l’exemple du cyclisme : la Bretagne aime le cyclisme, vous avez pléthore de champions cyclistes, c’est aussi simple que ça !
Pourquoi pas en football ?


1 - Manque de moyens ?

Et François Pinault, il va faire ses courses chez Leader Price peut-être ?
Pété de thunes qu’il est le gars François !
Et dans le football depuis 1998, ce qui commence, mine de rien, à faire un bout de temps.
Certes, en bon gestionnaire, il tient à ce que le club de Rennes ne parte pas en freesbee et développe une politique sur le long terme mais on a la même vision des choses du côté de M6 et cela n’a pas empêché les Girondins d’être sacrés en 2009.
Alors ?...


2 - Manque de joueurs ?

La région Bretagne a compté dans ses rangs je ne sais combien de grands joueurs depuis 50 ans.
Aubour, Kéruzoré, André Guy à Rennes dans les années 70.
Bernard Lama formé à Brest, Corentin Martins formé à Brest, Wiltord formé à Rennes, Delamontagne, Guivarch, l’énorme Laurent Pokou, un des plus grands attaquants du football français, à Rennes.
Et je ne parle pas de la période enflammée brestoise où l’on payait en pesos les stars argentines et paraguayennes.
Dernièrement, on a eu Gervinho, Gameiro, Kocielsky, Ciani, Amalfitano à Lorient, M’Vila à Rennes et j’en oublie plein !
Alors ?...


3 - Manque de ferveur ?

Peut-être un chouille.
Force est de reconnaître que Le stade de la route de Lorient, Le Moustoir et Francis le Blé ne sont pas des citadelles imprenables et pour avoir souvent vu éructer le sage Antonetti vers les tribunes présidentielles en les suppliant de «faire» un peu de bruit, il est possible que le supporter breton soit un tantinet trop policé… Ou trop vieux, va savoir.
Déjà, le stade de la route de Lorient, ce n’est pas un nom de stade !
Va demander au supporter de l’OM de baptiser le Vélodrome le stade de la route de Nice, tu vas voir ce qu’il va te dire.
«Et pourquoi pas le stade du PSG pendant que t’y es? Fada va ! »
Alors ?...

Beh alors je ne sais pas.
J’ai envie de dire : Le mystère breton reste entier.
En même temps, on n’est pas obligé d’avoir une réponse à toutes les questions mais les questions méritent d’être posées.
Ce qui est sûr, c’est qu’une région de 3 millions d’habitants sans titre de champion de France de football, il y a là, quelque chose, qui n’est pas normal.

Posté par le Mercredi 7 Mai 2014
Nombre de vues : 1138