Foutebol
Foutebol


Jean Fernandez : Quel drôle de choix

Que s’est il passé le 5 juin dernier dans le tête de notre Jeannot national pour qu’il puisse quitter L‘AJA pour l’AS Nancy Lorraine ?


Et qui a bien pu lui mettre cette idée en tête ?
Sa femme peut-être, parce qu’elle trouve la place Stanislas plutôt jolie ce qui peut s’entendre, après tout, on a le droit de trouver une place jolie.
Ou alors un vieil oncle nostalgique des années 70 lorsque les Curbelo, Paco Rubio, Moumoutte (Moutier pour les jeunes) La Rouille (Olivier Rouyer toujours pour les jeunes) sans oublier le pubère Platoche dopé au Fruité c’est plus musclé, enchantaient les travées de Marcel Picot.

Ou un ami agonisant qui, dans un dernier souffle, demande à son ami Jeannot avec la voix caractéristique de celui qui va partir, vous savez cette voix un peu rocailleuse à la Marlon Brando lorsque la caméra se penche en contre plongée sur son visage, de lui promettre de prendre les rênes de Nancy mais il n’a pas le temps de dire pourquoi que déjà ses yeux se sont fermés.


Ou encore le président Rousselot qui lui bourre un tantinet le mou en lui promettant monts et merveilles…

Que sais je ? Toujours est il que voilà une bien curieuse décision que le meilleur entraineur de la saison 2009 2010 a pris.
Voilà un homme au sommet de la gloire, qui emmène un petit Auxerre sur les pelouses du Real de Madrid, de l’AC Milan, de l’Ajax d’Amsterdam. Un entraineur dont les mérites sont vantés dans tous les conseils de direction des clubs de Ligue 1. Et ce n’est pas fini : La presse, unanime, loue son fair play et son intelligence.

On lui proposait Sochaux et son cortège de talents déjà aguerris par la fibre de Gillot, qualifiés, mine de rien, pour la Ligue Europa. Même si l’aventure tourna court, voilà une équipe qui avait de la gueule et qui de surcroit, collait à l’éthique Fernandezienne.
Sans doute que sa femme avait du couler une bielle sur une vieille 205 Rolland Garros et qu’il n’était pas question pour elle de mettre un pied dans la cité du constructeur.


On lui proposait les Girondins…

Les Girondins merde ! C’est quand même pas de la gnognotte les Girondins. Même si les cadors sont partis, il lui restait le scapulaire, le Haillan et son château, un Chaban Delmas rugissant de plaisir rien qu’à l’évocation de son nom parce que lui même fut un Girondin tout ce qu’il y a de plus respectable. En plus, il aurait pu garnir sa cave à l’œil ce qui, par ces temps de crise, n’est pas négligeable.
Et beh non !
Sans doute que sa femme n’aime pas le Bordeaux. Elle a dû tomber sur un vieux St Emilion 1978 un poil bouchonné ou bien encore boire la lie d’un fond de Pomerol et de recracher ce dépôt en jurant ses grands dieux qu’elle ne mettrait plus les pieds sur ces terres de vignobles. Ou alors elle vote à gauche et elle n’aime pas Juppé…
JE SAIS PAS MOI ! JE CHERCHE !!!!!

Pourquoi Nancy ?

Qu’on soit bien d’accord, je n’ai rien contre nos amis nancéiens dont je fus moi-même nostalgique et je leur souhaite de rester parmi l’élite mais j’ai beau chercher, je ne comprends pas. Pas l’ombre d’une star, une équipe en plein doute, usée par deux dernières saisons douloureuses et longues.
Peut-être que sa femme était une inconditionnelle de Nancy Reagan et que son Jeannot chéri, pour compenser ses absences répétées a voulu en quelque sorte lui rendre hommage.
A toi Nancy…
Oui… Ça doit être ça…
QUOIIII ?!!! JE CHERCHEUUUUUU !!!!!!!!

Posté par le Jeudi 1 Septembre 2011
Nombre de vues : 1144