Foutebol
Foutebol


Diego, l’intermittent du foutebol

Actuellement à l’Atletico de Madrid et auteur du dernier but de la finale de l’Europa League, le meneur de jeu brésilien, Diego, reste une énigme sur la scène du football international. Un talent brut unanimement reconnu mais qui n’a pas su s’exporter et s’exprimer de partout.


Diego Ribas da Cunha est un playmaker de luxe, habile meneur de jeu, fin passeur et finisseur. Il sait tout faire, le fait bien et avec classe. Révélé à Santos, puis starisé au Werder Brême il s’est perdu à la Juventus. Depuis cette saison, il revient à son meilleur niveau dans la capitale espagnole en attendant le retour à Wolfsburg. Itinéraire d’un parcours façon montagne russe.

Santos, jeunesse pressée

Natif de Ribeirao Preto, Diego choisit le Club de Santos pour grandir footballistiquement. Il débute en équipe première en 2001, 16 printemps et déjà une participation active à la conquête du titre de champion du brésil. 22 matchs, 8 buts, un titre, l’apprentissage est rapide. A 23 ans, les portes de la Seleçao s’ouvrent pour un premier match amical contre le Mexique. En 2004 il remporte une première Copa America et fait bonne impression tout au long du tournoi. Après 133 matchs et 38 buts, les prestations de Diego sont remarquées par le FC Porto qui l’enrôle en juillet.

Porto, passage raté

Les dirigeants du club portugais voient en son talent et ses qualités la possibilité de combler le vide laissé par un Deco parti au FC Barcelone. Ils misent donc beaucoup sur lui. Peut-être un peu trop.
L’ex de Santos dispute 30 matchs de championnat pour seulement 3 buts lors de la saison 2004/2005 et ne répond que très partiellement aux espoirs suscités. La saison suivante n’arrange rien, l’entraîneur Co Adriaanse ne le fait guère jouer et Diego n’arrive pas à s’intégrer. Néanmoins, il garnit sa vitrine de nouveaux trophées (Coupe Intercontinentale, Championnat du Portugal, Supercoupe du Portugal, et Coupe du Portugal). Le rêve européen semble bien loin, et Diego quitte le FC Porto dans l’indifférence, n’ayant pu assumer son statut de jeune star. Il met le cap sur la Bundesliga et le Werder Breme, sans passer par la case Coupe du monde.

Werder Breme, star adulée

Le milieu brésilien arrive en Allemagne pour 6 millions d’euros en mai 2006 dans un club qui a terminé 2ème du championnat la saison dernière. Pour son premier match officiel il décroche une Coupe de la Ligue. Les débuts en championnats sont remarqués, son talent, sa magie, ses passes spectaculaires et ses frappes lointaines explosent à la face de l’Allemagne. Il est nommé meilleur joueur au mois d’août, puis en octobre, décembre et enfin de la première moitié de saison. Le 20 avril, les joueurs d’Aix-La-Chapelle encaissent le but de la saison, une frappe que le meneur de jeu expédie dans le but vide depuis 62 mètres, le gardien étant venu apporter le surnombre sur le coup franc précédent.

Le Real Madrid et le Bayern Munich se renseignent activement mais aucune négociation n’est possible.
Pas de caprice pour Diego qui prolonge d’un an jusqu’en 2011. Il est sacré meilleur joueur de la saison. La saison suivante voit la confirmation du joyau brésilien comme un des meilleurs milieux de terrain de la Bundesliga. Il participe de nouveau à la Ligue des Champions et impressionne toujours autant. En championnat, il compile une nouvelle fois 13 buts et le Werder Breme finit pour la seconde année consécutive troisième. L’exercice 2008/2009 est difficile pour le club mais également pour le joueur. Son impact est moindre et le classement final en Bundesliga s’en ressent (10ème place). Il se montre cependant beaucoup plus décisif pour mener le Werder en finale de la Coupe de l’UEFA, finale qu’il rate à cause d’un carton jaune écopé en demi-finale dans le derby contre Hambourg. Le futur juventino aura pour seule consolation de soulever une deuxième coupe, celle d’Allemagne cette fois-ci. Comme un symbole, et pour remercier les supporteurs avant son départ du côté de Turin, il délivre une passe décisive à Mesut Ozil attendu comme son successeur.

Juventus, envol stoppé

Véritable pépite outre-rhin, Diego est recruté pour devenir le leader technique d’une Juventus en quête de renaissance. Qualifié de meilleur transfert de Série A par la Gazzetta dello Sport, les attentes autour du meneur sont très grandes et lourdes à porter, d’autant plus que le coût du transfert s’élève à 24,5 millions d’euros. Les débuts sont fracassants, après une passe décisive pour Iaquinta lors de son premier match face au Chievo Vérone, Diego crève l’écran contre l’AS Roma. Deux raids en solo conclus par deux frappes croisées lui offrent son premier doublé. Les supporters sont convaincus. Mais un premier grain de sable vient enrayer la machine. Il se blesse à la cuisse droite contre la Lazio et à son retour il peine à trouver sa place au sein d’une équipe irrégulière. Malgré quelques éclairs de génie il n’est plus un titulaire indiscutable. Encore une fois Diego échoue sous la pression et se noie dans le contexte difficile d’un club en reconstruction. Il déclare vouloir rester et donner du bonheur aux tifosi de la Juventus mais le club italien ne peut se permettre d’attendre et cède le joueur à Wolsburg moyennant une somme de 15,5 millions d’euros.

Wolfsburg, saison controversée

De retour dans un championnat qui l’a vu se révéler en Europe, Diego marque dès son premier match contre Mayence d’une feinte de corps qui lui permet de dribbler facilement le gardien et conclure d’un plat du pied. Mais en février son caractère va lui jouer des tours par deux fois. Contre Hanovre il s’impose pour tirer le penalty à la place de Patrick Helmes, le préposé à la tâche. Il le tire sur la barre et s’attire les foudres de Steve Mc Claren. Le coach britannique souhaite que le joueur paie 100 000 euros pour manquement aux règles et soit exclu pour le match contre Hambourg. Hoeness défend Diego plutôt que son entraîneur et Mc Claren est remercié. Contre Hoffenheim, match capital pour le maintien de Wolfsburg, le Brésilien décide de rester à l’hôtel se sachant non titularisé par Felix Magath. Il laisse donc ses coéquipiers à 6 sur le banc de touche et en est quitte pour une amende de 500 000 euros. Magath fait savoir à son meneur de jeu qu’il n’aura pas de futur en Allemagne et il le prête à l’Atletico Madrid.

Atletico Madrid, joueur relancé

Nouvel air pour un nouveau départ. Loin de son niveau lors des deux dernières saisons, Diego est titulaire au sein de l’effectif de Diego Simeone, il est d’ailleurs un pion essentiel du dispositif. Il retrouve très vite ses sensations, marque son premier but contre le Celtic et délivre une passe décisivie à Falcao. Bien qu’encore loin de ses standards affichés au Werder Breme, Diego se fait de nouveau influent grâce à ses passes, et ses fulgurances balles au pied. Une blessure l’écarte un mois des terrains mais il revient pour le rush final de la saison en participant au sacre du club madrilène en Europa League. C’est d’ailleurs lui-même qui scelle le sort définitif de la finale d’une frappe ras de terre croisée du gauche après s’être joué de la défense de l’Athletic Bilbao.
Seulement prêté, Diego devrait faire son retour en Bundesliga à la fin de la saison dans un club où il a beaucoup à se faire pardonner.


Diego, l’intermittent du foutebol

Posté par Timothée Delprat le Lundi 14 Mai 2012
Nombre de vues : 946