Foutebol
Foutebol


Didier Drogba, coups de sang et club des cent

Didier Drogba vient de rentrer dans le club très fermé des joueurs ayant marqué plus de 100 buts en Premier League. Mercredi, il a qualifié Chelsea pour les quarts de finale de la Ligue des Champions avec un but et une passe décisive face à Naples. Pas mal pour un joueur de 34 ans que l’on voyait déjà en Chine avec Nicolas Anelka.



Didier Drogba est irremplaçable.

Lorsqu’il quitte Guingamp, le club Breton descend en Ligue 2. Lorsqu’il quitte Marseille, son successeur annoncé, Peguy Luyindula, vient en partie ruiner sa carrière sur la Cannebière. Lorsqu’il se fait placardiser par André Villas-Boas, Chelsea enchaîne les contre-performances. « The Special Two » se fait alors virer et son adjoint, Roberto Di Matteo, qui a entre-temps pris sa place, s’empresse de remettre l’Ivoirien à la pointe de l’attaque.

Les Blues en avaient bien besoin pour se sortir des griffes d’Edinson Cavani et de ses compères Napolitains. Vainqueur 3-1 à l’aller, Naples se présentait à Stamford Bridge avec la ferme intention d’éliminer le dernier représentant Anglais de cette Champion’s League. Il est reparti avec une douloureuse élimination, 4-1 après prolongation. En deux matchs, Di Matteo a su redonner vie à l’équipe Londonienne et son atout numéro 1 pour le reste de la saison sera Didier Drogba. Il a d’abord ouvert le score avant d’offrir le but du 4-1 à Ivanovic en prolongation. Tandis que Torres vient de passer l’équivalent d’une journée entière sans marquer, les Blues, actuellement 5èmes en championnat, compteront sur leur éléphant pour retrouver une place qualificative pour la prochaine coupe aux grandes oreilles.




De la Ligue 2 à la finale de l’UEFA

La carrière de l’éléphant démarre sur la pointe des pieds. Il devient professionnel sur le tard, à 21 ans, après deux saisons passées au Mans. Avant d’arriver dans la Sarthe il fait ses gammes au centre de formation de Vannes puis évolue chez les amateurs de Levallois. Guy Lacombe lui permet de découvrir la Ligue 1 avec l’En Avant de Guingamp en 2001 et il explose lors de sa seconde saison parmi l’élite. Il forme avec Florent Malouda, l’autre petit jeune qui monte, un duo d’attaque redoutable. Avec la paire Coco Michel-Christophe le Roux à la récupération, l’EAG se hisse à la 7ème place de Ligue 1, échouant seulement à 3 points des places qualificatives pour la coupe d’Europe. Les deux attaquants tapent dans l’œil de Jean-Michel Aulas lors de la dernière journée de championnat. L’Olympique Lyonnais, déjà champion, encaisse 4 pions à Gerland, Malouda et Drogba plantent un doublé chacun. Le président de l’OL sort alors le chéquier mais n’arrive à attirer que le Guyanais. L’Ivoirien file à l’OM et devient en une seule saison l’idole de tout le Vélodrome. Le temps de marquer 19 buts en championnat – dont le plus beau de la saison face à Montpellier – et 11 en Coupe de l’UEFA. Il emmène Marseille à sa deuxième finale de C3 en 5 ans. Une finale perdue 2-0 face à Valence et marquée par l’expulsion de Fabien Barthez. Avant cela, Drogba se fait remarquer par José Mourinho. D’abord qualifié en Ligue des Champions Marseille est reversé en Coupe de l’UEFA après avoir terminé 3ème de sa poule derrière le Real Madrid et Porto. « The Special One » mène Porto vers le titre et annonce à Drogba qu’il le recrutera dès qu’il en aura les moyens. Chose faite dès la saison suivante. Mais en cette saison 2003-2004, Marseille marche sur l’eau en coupe d’Europe. Il élimine successivement Liverpool et l’Inter avant d’arriver en demie face à Newcastle. C’est lors du match retour que l’OM s’impose 2-0 et que l’Ivoirien réalise son fameux dribble derrière la jambe. En finale il ne peut pas tout faire et avec une charnière Abdoulaye Meïté – Demetrius Ferreira le parcours des Phocéens reste plus qu’honorable.




La terreur des défenses, le cauchemar des Gunners

Au mois de juillet 2004, José Mourinho, nouvel entraîneur de Chelsea, tient parole et recrute Didier Drogba. Le joueur souhaitait pourtant rester un an de plus sur la Cannebière mais Christophe Bouchet, le président de l’époque n’a pas pu résister au chèque de 38 millions d’euros qui allait avec le transfert. Drogba découvre alors la rugueuse Premier League. Un championnat au sein duquel sa puissance physique n’impressionne pas autant les défenseurs qu’en Ligue 1. Le joueur doit s’adapter et ne marque que 10 buts pour sa première saison. Il traîne quelque peu son mal-être et regrette les travées du Vélodrome qui scandaient son nom à chacune de ses sorties. Mais l’Ivoirien n’est pas homme à abandonner et va s’imposer à la pointe de l’attaque des Blues. Il devient enfin la terreur des défenses lors de ses deuxièmes et troisièmes saisons. Il prendra un malin plaisir à être le bourreau des Gunners, les rivaux au sein de la capitale londonienne. Pas un seul des nombreux défenseurs qui se sont succédés au sein de la charnière d’Arsenal ne parviendra à stopper celui qui en décembre 2010 leur avait planté 13 buts en autant de confrontations.




Il voit rouge en Ligue des Champions

Comme pour tous les joueurs de Chelsea un seul trophée se refuse à lui, la Ligue des Champions. En 2008, il se fait expulser à la 116ème minute de la finale face à Manchester United. Il regarde alors depuis les vestiaires son capitaine John Terry tirer sur le poteau et Nicolas Anelka manquer le penalty le plus nonchalant de l’histoire. L’année suivante il quitte à nouveau la Champion’s League sur un coup de sang. Les Blues sont éliminés en demi-finales par Barcelone. Chelsea décroche le match nul 0-0 au Camp Nou à l’aller et mène 1-0 au retour après la volée du bison Michael Essien. Mais Iniesta égalise à la 93ème minute et au bénéfice du but marqué à l’extérieur par les Catalans c’est le Barça qui obtient la qualif. A la fin du match, Drogba s’estimant floué par l’arbitrage pète un plomb. Il s’insurge devant les caméras de télé et lâche son désormais culte « it’s a fucking disgrace ». Un expression que nous nous abstiendrons de traduire car « c’est une putain de honte » de tenir de tels propos.




Tricard avec la Côte d’Ivoire

Avec la Côte d’Ivoire, Didier Drogba est ce qu’on appelle – au choix – un looser ou un poissard. Avec leur attaquant, les Eléphants échouent en finale en 2006 et en demies en 2008 face à l’Egypte. Ils chutent en quarts en 2010 contre l’Algérie. En 2012 c’est la surprenante Zambie du Frenchie Hervé Renard qui les prive du titre en finale. Une finale marquée, malgré lui, par Drogba. Il réussit à rater un penalty dans le jeu et un autre lors de la séance de tirs au but. Autre exploit – à mettre au crédit de l’équipe entière cette fois-ci – elle s’incline en finale sans avoir encaissé un seul but tout au long du tournoi. Rendez-vous en 2013 en Afrique du Sud pour une nouvelle chance. A moins que d’ici là Didier Drogba n’ait décidé de rejoindre Anelka au Shanghai Shenhua pour martyriser les pauvres petits défenseurs chinois. Et devenir le joueur le mieux payé de la planète.



Didier Drogba - Jay Medad - Flick Commons
Didier Drogba - Jay Medad - Flick Commons


Posté par le Samedi 17 Mars 2012
Nombre de vues : 2123