Foutebol
Foutebol


Clarence Seedorf, le professeur néerlandais

Clarence Seedorf vient de signer à Botafogo. Direction le Brésil pour le natif du Suriname qui a fait rêver tous les amateurs de foot européen pendant 20 saisons.


4 Ligues des Champions remportées avec 3 clubs différents. Clarence Seedorf est le seul joueur de l’histoire à avoir réalisé un tel exploit. Un fait d’armes pas seulement dû à la chance de se retrouver au bon endroit au bon moment. Partout où il est passé il a fait briller ses partenaires et bonifié le jeu de son équipe.


La grinta des jeunes années
Tout commence à l’âge de 16 ans à l’Ajax. Classique pour un Néerlandais. Mais Seedorf est un joueur à part. Dès ses débuts on entraperçoit ce qui sera sa marque de fabrique jusqu’à aujourd’hui. Des passes en profondeur dignes des caresses d’Andrea Pirlo, des gifles en pleine lucarne à la Paul Scholes et une grinta similaire à celle de son comparse, le pitbull Edgar Davids. Bref, un joueur complet et avec des qualités au-dessus de la moyenne. Dès sa première saison, il s’offre une douzaine de matchs en championnat et découvre la Coupe d’Europe. Et il lui suffit de trois ans pour faire le tour de la question à l’Ajax. La Coupe des Pays-Bas dès 1993, le championnat en 1994 et 1995 et comme si ça ne suffisait pas il prend aussi dans sa besace la Ligue des Champions. A 19 ans il compte déjà un meilleur palmarès que la moitié de la planète foot. Outre Seedorf, l’Ajax vainqueur de la LDC avait une sacré gueule. Disposé en 3/4/3 ultra offensif – un régal pour les nostalgiques du football total de la sélection Oranje – le club d’Amsterdam aligne les plus grands noms hollandais de l’époque. Dans les barres, Edwin Van Der Sar. Devant, Patrick Kluivert et Marc Overmars. Et en guise de colonne vertébrale, De Boer, Rijkaard, Seedorf, Davids, De Boer. Tranquille.

La frappe de buffle à maturité
Clarence Seedorf se casse les valises pleines à la Sampdoria. Choix surprenant pour un joueur qui aurait déjà eu sa place dans la plupart des grands clubs européens. Il n’y restera qu’une saison, le temps de jouer à la balle avec Mihajlovic, Karembeu, Roberto Mancini et Enrico Chiesa. Pépère. La Samp’ termine 8ème de Série A et son Néerlandais rejoint le Real Madrid. Au menu, une Liga et une Ligue des Champions en 3 saisons et demi. Il fait partie de la dernière génération pré – galactiques. Bon, ok il débarque quand même avec Roberto Carlos et Christian Panucci, tandis que Fabio Capello pose son costard trois pièces, ses lunettes, ses frisettes et sa classe italienne sur le banc. A son arrivée le nouveau sélectionneur de la Russie, décale le milieu axial sur le côté gauche. Dans l’axe c’est Raul le patron. Eh oui, Raul n’a pas toujours joué avant-centre. Avant, le 10 et le meneur du Real, c’était lui. Excentré sur l’aile, Seedorf trouve quand même le temps de jouer 160 matchs et planter 20 buts avec la Casa Blanca. Ayant perdu sa place au profit de Savio, il se casse à l’Inter au mercato d’hiver en janvier 2000. Dommage. 5 mois après il se serait offert sa 3ème Ligue des Champions. Peu importe, il est en route pour Milan, la ville qui fera sa renommée. La ville mais pas le club pour l’instant. L’Inter du début des années 2000 est celui des Nerazzurri qui ont la loose dans le sang. Toujours placé mais jamais vainqueur. L’époque où même la Lazio (2000) et la Roma (2001) pouvaient remporter le titre, mais pas l’Inter. En même temps, en alignant Benoit Cauet au milieu de terrain… Bon ok, y avait quand même Vieri – Zamorano devant et Di Biagio à côté de Cauet. Et même Lolo Blanc le temps d’une saison derrière. Seedorf ne tarde pas à virer Cauet et dispute une trentaine de matchs par an. Mais le palmarès, lui ne bouge pas. Alors au bout de trois saisons, sa moyenne dans chaque club, il change de vestiaire à San Siro et va s’assoir chez l’ennemi Rossoneri. Un bail qui durera 10 ans et pas loin de 50 matchs par saison. Ben ouai forcément, quand on va loin en Coupe d’Europe…

Le distributeur de caviars
A Milan, Clarence Seedorf devient « Il Professore ». Le « Maestro » du Calcio va s’offrir les plus belles années de sa carrière. Tout le monde s’est extasié sur Pirlo à l’Euro 2012, pendant toutes ses années à Milan il sera son alter ego et son complément au milieu de terrain. Avec Gattuso placé derrière eux et Rui Costa puis Kaka en 10, l’axe du Milan AC a ridiculisé toutes les équipes qui se sont dressées face à lui. Bon d’accord, sauf Liverpool en 2005. Encore que… y avait 3-0 à la mi-temps et le Milan se baladait sacrément en première période. Mais bon ce soir là, il y avait un autre monstre en face. Un certain Steevie G. Bref, en 10 ans Seedorf s’offre la Coupe d’Italie et la Ligue des Champions en 2003, la Série A en 2004 et 2011 et une seconde coupe aux grandes oreilles en 2007. Un total assez faible en championnat dû à une domination sans partage de la Juventus puis… de l’Inter qui prit le relais de la Vieille Dame après le Calciopoli. Mais tout le monde garde le souvenir d’un Milan AC que l’on adorait détester. Entre la hargne de Gattuso, la facilité de Pirlo et Seedorf, le talent de Kaka et Shevchenko et bien évidemment la roublardise de Super Pippo Inzaghi, bien difficile de trouver un point faible à cette équipe. Hormis le scaphandrier Dida dans les barres. Mais étant donné qu’il était protégé par Maldini et Nesta on ne se faisait pas trop de soucis pour lui.

En fin bail à Milan, Clarence Seedorf vient de tourner la page de sa carrière européenne. Le voici désormais au Brésil à Botafogo, non loin de son Suriname natal. Il en restera donc à 4 Ligues des Champions. Et le Milan risque de rester bloqué à 7 encore un petit moment.

Clarence Seedorf and Mesut Özil during Real Madrid CF-AC Milan, 2010–11 UEFA Champions League
Clarence Seedorf and Mesut Özil during Real Madrid CF-AC Milan, 2010–11 UEFA Champions League

Posté par le Samedi 21 Juillet 2012
Nombre de vues : 1661