Foutebol
Foutebol


Barça-PSG : sa tête à couper que ça passe !

Ce mercredi, Michel fait tapis pour la qualif' du PSG (statistiquement, c'est 100% de chance de passer après un 4-0 à l'aller) et met sa tête en jeu. Au cas où, c'est moi qui serais chargé de la sale besogne. Gasp !


« Ma main à couper », « Sur la tête de ma fille », « Sur la vie de ma mère »... En six mois, Michel a tout perdu. Lui, qui se targue (jusqu'à l'absurde) de n'avoir qu'une seule parole, d'être un gars entier et radical, a appliqué ces hyperboles au sens strict. Voici trois semaines, pour la première manche du 8e de finale PSG-Barça, il avait mis sa main à couper pour un résultat favorable aux Espagnols. Il n'a donc pas hésité une seconde et dit adieu à sa paluche gauche, quelques secondes après le coup de sifflet final de cette rencontre soldée par un incroyable 4-0 en faveur de Paris. (La mimine droite, il l'avait perdue très récemment, mais dans un tout autre contexte, après la défaite de Juppé aux primaires LR : « Ma main à couper que Juppé va gagner... Vous verrez ! » On a vu). Oui, il y a du grabuge chez Michel depuis que le monde ne tourne plus rond. Les dérèglements le fatiguent autant qu'ils réduisent les effectifs de sa famille. Sa fille aînée a fatalement pâti de la victoire de Donald Trump sur Hillary Clinton et sa femme de l'inattendue victoire du « out » au referendum du Brexit. Michel ne plaisante pas. Avec tout ça, il assume sa nouvelle solitude et un look atypique genre Philippe Crozon (vous savez, le gars super, sans bras ni jambe, qui a traversé la Manche à la nage, conclu le Dakar 2017 à la 48e place... et fait de l'autodérision médiatique un art de vivre très impressionnant).


En foot, la fin des bêtes noires

Question football, l'Euro de cet été a mis la puce à l'oreille de Michel. Tous les signes du dérèglement sont apparus au grand jour. Il y a d'abord eu la blague islandaise adressée aux Anglais (2-1), bien sûr. Mais en foot, on n'est jamais à l'abri d'une surprise n'est-ce pas ? En revanche, la série des pieds de nez à l'histoire a considérablement perturbé Michel.
  • La victoire historique de l'Allemagne sur l'Italie aux tirs aux buts : après huit rencontres en Coupe du Monde et en Euro, soldées par 4 nuls en poule et 4 défaites allemandes en phase finale.
  • Le succès inédit des Bleus sur la Mannschaft (2-0) : après les souffrances générationnelles en Coupe du Monde 1982 et 1986 et le quart de finale en 2014.
  • Le succès « original » du Portugal sur la France (1-0), après trois échecs en demi-finales : Euros 84 et 2000, Coupe du Monde 2006.

Ami donc bourreau

Le monde dévisse et Michel s'est donné pour mission de stopper la spirale infernale, à grands coups de sacrifices et d'offrandes devant le Grand Autel de la Marche du Monde. Ce mercredi soir, il a mis sa propre tête à couper et c'est moi, son meilleur ami, qui suis à ses côtés pour exécuter la basse besogne si ça tourne mal. Le plus dur sera de rentrer le sabre dans l'hôpital où il séjourne actuellement, en attendant la cicatrisation de son dernier moignon. Je partage avec Michel le respect de la parole donnée... Gasp.

Allez Paris !

Posté par le Lundi 6 Mars 2017
Nombre de vues : 86